9 juin 2013 / dans ... & FRIENDS !, ACTU

Magali, un long roman d’amitié

Magali LanoyMagali, enfant, voulait être harpiste ou violoniste. Plus tard, elle s’est rêvée cantatrice ! Elle est devenue une flûtiste à bec douée et une chanteuse pop touchante. Rien à regretter, en somme !

« J’étais en CM1, j’avais dû voir le concert du Nouvel An à la télévision avec mes parents. J’ai trouvé que la harpiste était fascinante. Je crois bien que la musique, à l’origine, c’était pour moi une recherche esthétique. » Elle pratique longtemps la flûte à bec aux côtés d’Anne-Marie Bastian à l’Ecole de musique de Colmar, intègre l’ensemble Vénus de musique baroque et Renaissance et s’essaie au chant durant les années de collège. « J’étais toujours tétanisée à l’idée de chanter devant les autres, pensant que je chantais faux. J’ai chanté un jour à la maison une aria de la Flûte enchantée, une amie de ma mère a cru qu’on passait un disque. A partir de là, je me suis décomplexée ! » A ce moment-là, elle chante aussi l’intégralité de l’album Like a prayer de Madonna, se frotte à Mylène Farmer, Rock Voisine et Patrick Bruel. « Je reproduisais tout, à la recherche de la justesse, je cherchais clairement à imiter. »

C’est une option musicale en fac d’anglais qui la fait monter sur scène pour la première fois aux côtés de Cyrille, dont elle est fraîchement tombée amoureuse. « Mais j’étais toujours dans la performance, je n’arrivais pas vraiment  à mettre de mes propres émotions dedans, j’étais toujours un peu dans l’imitation. »

Elle intègre Headlight avec Cyrille, au début des années 2000, et travaille son interprétation. Au sein du groupe May auquel elle donne le petit nom anglais qu’elle aime porter alors, elle prend nbso online casino reviews une vraie place de chanteuse et compose tous les textes. « J’ai alors commencé à interpréter mes propres textes. Ca a tout changé. J’écrivais plutôt facilement en anglais, et à l’écoute des riffs joués par les garçons, j’avais souvent comme une épiphanie sur les histoires à raconter. J’ai beaucoup parlé de mes relations aux autres, aux membres de ma famille dans Facing mirrors»

L’arrivée de deux beaux enfants interrompt provisoirement sa pratique et comme elle est plutôt du genre perfectionniste, il n’était pas question de s’y mettre à moitié entre deux biberons. Son retour à la musique se fait doucement par l’écriture de nouveaux textes grâce… à GM ! (Chic alors !) « Vous voir commencer le projet de GM alors qu’un enfant était aussi arrivé entre temps dans votre vie, m’a donné envie de m’y remettre. » La bonne idée, c’était aussi de mettre à contribution Cyrille (l’amoureux et le père de ses enfants) au piano pour les mettre en musique. Blown raconte son lien à sa fille tandis qu’elle prend conscience de sa propre finitude. Pas du franchement gai mais, par contre, une belle émotion et une voix qui nous ramènent à la fragilité d’une Fiona Apple qu’elle adore. « Mes chansons me permettent souvent de dire des choses particulières à mes proches. C’est une sorte de catharsis, avec parfois beaucoup de souffrance, mais un bon moyen aussi de se faire du bien en composant de jolies choses. »

Pour GM, elle a d’abord contribué à finir quelques textes de chansons laissées en souffrance (Let there be light a vu le jour grâce à elle !) et continue à m’aider souvent à revoir ma prononciation en anglais, parce que vous savez combien j’excelle dans le registre.

Elle a accepté depuis, de monter sur scène pour marier sa voix à la mienne dans des contre-chants bien sentis. Et pour notre longue amitié née au cours de notre première année de collège, après avoir souvent chanté ensemble les tubes des Cranberries dans les vestiaires des cours de sport, se retrouver ensemble devant un public pour faire ce qu’on faisait ensemble adolescentes, c’était se faire un beau cadeau déjà rien que pour nous. Chanter pour les autres, c’est d’ailleurs souvent le cadeau qu’elle fait dans les moments les plus joyeux ou les plus malheureux qu’elle partage en famille ou entre amis. Elle y livre alors une émotion incroyable et le vit comme un don d’elle-même.

Elle n’est plus l’adolescente qui rêvait d’avoir un piercing et un tatouage en voyant les clips d’Aerosmith. Quand elle a rencontré Cyrille, elle n’a d’ailleurs plus « eu le droit » d’écouter Céline Dion ou Mariah Carey. Mais moi, je danserais volontiers de nouveau avec elle la choré de Dirty Dancing comme il y a vingt ans dans le salon de ses parents… Les histoires de midinettes, on aime toujours un peu ça toutes les deux.


« Cyrille, le charme du discret | Studio 2013 : One crowded hour… »