Les chroniques du disque One Crowded Hour / Part II

16 septembre 2014 / dans CHRONIQUES

Jaquette-One_Crowded_HourSuite et fin des chroniques de l’album, par notre ami ami H. Cirdell Eunamme !

Walk It Down

Quand on roule sur le plateau, on pense aux plaines américaines. Avec les Alpes en arrière plan. Alors un riff comme celui de Walk It Down, forcément, il est bien raccord.
La chanson est un piège, hypnotique. Qui tourne et tourne autour de toi jusqu’à te capturer. Girls gone wild. La spirale infernale. L’harmonica en guise de cri de détresse. Encore 70 kilomètres avant de redescendre vers les plaines…

 

Pistols and Guns

I heard it on the news this morning. Tentative de braquage. Ils ont pris la fuite, à travers le désert, bien sûr. Toujours le même couple. Le blues d’après. Frissons au lever du soleil ; pourquoi fuir encore?
Pistols and Guns, c’est un peu tout ça. Un mélange d’images et de sensations. Un clin d’oeil au rock 70s. Et une clarinette pour nous rappeler que tout ça, c’est des histoires. Allez, c’est l’heure de s’arrêter quelques minutes, histoire de se dégourdir les pattes.

 

On My Mind

Il est des moments étranges où on avance sans bruit. Sur la pointe des pieds. En espérant surprendre une scène, un instant, quelque chose qui sortirait de la routine, du programme. Et puis, là où on pensait se résigner, finalement, la rage prend le dessus.
On My Mind, c’est un peu tout ça. La ballade folk nostalgique découpée en deux à grand coup de Gibson et d’orgue à la John Lord pour finalement prendre son envol. C’était Grand March sur Classic Rock Radio. Let’s move on.

 

Sister Beware

J’aurais du faire ce voyage à cheval, c’est sûr. Avec l’option guitare / banjo. Si je ferme les yeux, le décor s’impose : John Ford point. Il manque juste Marilyn Monroe dans The River Of No Return.
C’est sûr qu’avec un blues folk, ce ne sont pas les clichés en Technicolor qui manquent. Et pourtant, à la manière d’un livre qu’on aurait lu cent fois, on se sent bien à l’écoute de Sister Beware. Un petit choeur comme les Black Keys en on le secret, les kilomètres défilent, il reste une frontière à passer…

 

Hard Times To Come

On vit tous avec nos fantômes. Ceux qui font peur et les autres, ceux qu’on voit tous les jours dans le vide d’une pièce, au boulot, en attendant le train. Ceux qui font sourire parce que finalement, on a accepté leur présence.
Bad Memories have long shadows – for sure. Chanté à l’unisson comme un exorcisme. Le paysage a changé ; la nuit tombe. Les Dents de Lanfon, le lac. Je suis arrivé. Till next time, Grand March.

"All the pretty horses" : un photo-concert de Grand March et Stéphane Louis

18 février 2012 / dans PHOTOS

LE PROJET

Le projet de photo-concert est né de l’envie de faire se rencontrer deux expressions aux univers proches, profondément inspirés de musiques, de cinéma et de littérature américaine.
Les musiciens de Grand March et le photographe Stéphane Louis se connaissent depuis plusieurs années et ont toujours porté un regard attentif sur la création de l’autre. Ils ont souhaité trouver un moyen de travailler ensemble et de porter sur scène le fruit de leurs nombreux échanges nourris de leur culture commune.
Stéphane Louis, qui a traversé les États-Unis, donne à voir les images d’une Americana fantasmée par le groupe. La confrontation est forte au-delà des références aux musiciens, aux auteurs et aux cinéastes incontournables du genre.

Télécharger le dossier de presse complet ici…

LA PROJECTION

La projection est construite sur la série The Desert by The Sea de Stéphane Louis, réinterprétée à travers neuf micro-fictions photographiques se déroulant sur les chansons de Grand March.
Les photographies, montées de manière cinématographique avec des jeux de lumière et des mouvements de caméra, offrent une véritable mise en abîme des histoires racontées par le groupe.

LE CONCERT

Les deux musiciens de Grand March prennent place sur scène autour de ce dispositif visuel qu’ils intègrent comme un troisième homme dans leur set. Le jeu scénique s’accorde avec justesse à la force de narration des images projetées.

La vidéo de présentation du photo-concert :

LA PRESSE EN PARLE

POLY N°174 – Mars 2012 (PDF)

ZUT N°13 – Mars 2012 (PDF)

Rue89 Strasbourg – Mars 2012 (Lien externe)